dimanche 25 mai 2014

Routine mongole

Nous sommes partis, un samedi après-midi, avec les 3 heures de retard conventionnelles, vers un parc national situé à 2 heures de route de Oulan-Bator. Terelj est le "jardin d'Oulan-bator", c'est un parc immense dans lequel beaucoup d'habitants d'Oulan-Bator y ont une cabane ou une yourte pour y passer les week-ends d'été.
Nous sommes donc partis 3 français, 4 mongols, 2kg de pâtes, 1kg de pommes de terre, 1kg de carottes, nos grosses doudounes, 12 bières et 3 bouteilles de vodka, pour passer le week-end dans la yourte des parents d'un ami.
Nous avons commencé par préparer le tsuuvan (plat mongol composé de pâtes, de viande et de poivrons), puis, les bières succédant à la vodka, nous avons, ma foi, passé une très bonne soirée.
Le lendemain, nous nous sommes réveillés tranquillement, le poêle a été rallumé et la yourte s'est tranquillement réchauffée.

Déambulation mentale sous la youtre et balade dans la froidure encore hivernale de la steppe. Un week-end tout ce qu'il y a de plus normal après tout, c'était déjà il y a plusieurs semaines...

Et puis les semaines ont succédées aux week-ends à un rythme fou...

Les ciné-clubs dans la chambre 310 de la résidence, 
les éternelles explications sur l'utilisation du passé-composé et de l'imparfait, 
les crêpes de Yannick (le propriétaire de la seule crêperie de Mongolie), 
les films du jeudi soir au Bliss, bar branché de la ville, 
les cours de russe tous les matins à l'heure du petit déjeuner, 
les rencontres magiques ... "Tiens, salut, je suis français et je viens d'arriver à Ulan-Bator. Je suis parti il y a 2 ans de Turquie, je voyage en stop et en vélo."
les coupures d'électricité et d'eau chaude...

Chaque jour apporte son lot de surprises (pas toujours bonnes d'ailleurs : 
5 min avant de partir à un cours 
"- Allo, Charlène. Oui, c'est pour te dire que ton cours est annulé. Voilà. 
- D'accord..."(c'est un "d'accord" qui veut dire "ok, je prends un max sur moi pour ne rien dire parce que je sais que c'est comme ça en Mongolie").

Et puis revoilà le week-end, un week-end comme les autres où on décide d'aller faire un petit tour à la campagne et d'agrémenter la journée par une balade à cheval de quelques heures.





Même après 8 mois ici, je reste toujours le souffle coupé devant la splendeur des paysages. Après l'hiver glacial, le printemps fait enfin verdoyer la steppe. Son visage valonné est éblouissant et le rire des fleuves et du vent sonnent comme le chant du renouveau.

Au triple galop, perdus dans l'immensité, un seul sentiment nous envahit, la liberté ! La liberté comme jamais elle ne pourra être ressentie ailleurs.

video

Le début de l'été annonce également la fin de mon aventure mongole... Dans 2 mois maintenant, je serai à nouveau sur les routes. Mais parce que je me suis toujours demandée pourquoi faire simple alors que c'est tellement mieux de faire compliqué (et pour bien d'autres raisons !), je ne prévois pas "simplement" rentrer. Vous pourrez suivre mon voyage de retour à travers l'Asie centrale et l'Europe, en compagnie de Louise, sur ce site :
http://portraits-de-voyageurs.weebly.com/

Mais en attendant le départ prochain vers de nouvelles aventures, je vais aller me coucher, nous sommes dimanche et soir et demain est un autre jour, une nouvelle semaine au pays de Gengis Khan m'attend !